Nos circuits en thailande


A la carte en thailande


Nos infos en thailande


Nos conseils en thailande





BANGKOK

Pour afficher la météo complète, cliquez sur l'image

Bangkok
Weather Widget

Chiang Mai
Weather Widget
carte en petit de la thailande
vue fresque du grand palais de bankok

icone livre histoire

 Avant l'arrivée des Thaï: le Founan et le Chenla

Au IIIème siècle, une puissance maritime connue seulement par le nom que lui donnent les textes chinois, le Founan, dont le centre économique était situé dans l'actuelle région d'Oc-Eo dans le sud du Viêtnam, contrôle le sud du Viêtnam, la basse vallée du fleuve Chao Phraya et le nord de la péninsule malaise.

La description qu'en donne le compte-rendu d'une mission chinoise venue entre 245 et 250, les décrivant comme "tous laids et noirs avec des cheveux frisés, allant nus et nu-pied", laisse à penser que les habitants du Founan était ethniquement khmer.

A la fin du Vème siècle apparaît, dans le sud de l'actuel Laos, une nouvelle puissance, agraire celle-ci, et également connue seulement par son nom chinois : le Chenla.
Ce royaume s'étend bientôt sur le nord du Cambodge actuel et le nord-est de ce qui est maintenant la Thaïlande, et finit par annexer le Founan.

On considère que le Chenla est l'ancêtre du Cambodge.


icone histoire

 Les Môn

Entre les VIème et IXème siècle, la civilisation qu'on appelle Dvaravati s'épanouit sur un territoire situé dans le centre de la Thaïlande.

Cette civilisation appartient à un peuple, les Môn, qui peuple une région allant de la basse Birmanie au nord de la péninsule malaise.
La dispersion des sites attribués au Dvaravati mène à penser que sa prospérité est liée au commerce qui sillonne l'Asie du Sud-est continentale.

Au VIIIe ou IXème siècle, les Môn fondent sur le site de la ville actuelle de Lamphun (près de Chiang Mai), le royaume de Haripunjaya, qui se maintiendra jusqu'au XIIIème siècle.

icone histoire

 Les khmer

A partir du IXème siècle les Khmer, qui ont établi leur capitale à Angkor, prennent progressivement le contrôle de l'ensemble de l'Asie du Sud-est continentale, imposant leur domination à leurs cousins les Môn.

A cette époque, les premiers groupes de Thaï, provenant de la Chine méridionale, commencent à s'établir sur les marches septentrionales de l'empire khmer, au nord des monts Dangrek.

Pendant les XIe et XIIème siècles, l'élément thaï devient dominant dans la population de la région.

icone histoire

 Les royaumes de Sukhothai et Lanna (± 1238 - 1558)

Selon la tradition, les chefs de clan thaïs de Sukhothai s'affranchissent de la suzeraineté des Khmer en 1238 et élisent un roi.

Le fils de ce roi, Rama Khamhaeng , est connu par une inscription datée de 1292, que les Thais considèrent comme l'acte fondateur de leur nation.
Après sa mort, le pouvoir de Sukhothai a décliné et est devenu sujet du royaume d'Ayutthaya en 1365, qui a dominé la Thaïlande méridionale et centrale jusqu'en 1700.

Beaucoup d'autres états thaïs ont coexisté avec Sukhothai, notamment le royaume du Lanna (ou du Lannathai) dans le nord.
Cet État a émergé à la même période que Sukhothai, mais a survécu plus longtemps.

Son histoire indépendante c'est terminée en 1558, quand elle est tombée aux mains des Birmans, et a toujours été dominée, alternativement, par la Birmanie et le royaume d'Ayutthaya avant de tomber aux mains de l'armée du Roi siamois Taksin en 1775.

icone histoire

 Le royaume d'Ayutthaya (1350 - 1767)

Le premier souverain d'Ayutthaya, le roi Ramadhibodhi I, a apporté deux contributions importantes à l'histoire de la Thaïlande :

  • l'établissement et la promotion du bouddhisme theravâda comme religion officielle, afin de différencier son royaume du royaume hindou voisin d'Angkor.

  • la compilation du Dharmashastra, un code légal basé sur des sources hindoues et des coutumes thaïes traditionnelles.


Le Dharmashastra est demeuré un instrument de la loi thaïe jusqu'à la fin du XIXème siècle.

Ayutthaya a eu des contacts avec l'Occident, à commencer par les Portugais au XVIème siècle.
Mais jusque dans les années 1800, ses relations avec les nations voisines comme l'Inde et la Chine étaient primordiales.

Ayutthaya a dominé un territoire considérable, s'étendant des royaumes musulmans de la péninsule malaise aux Etats du nord de la Thaïlande.

Néanmoins, les Birmans, qui contrôlaient le royaume de Lanna et avaient également unifié leur royaume sous une dynastie puissante, ont lancé plusieurs tentatives d'invasion dans les années 1750 et 1760.

Finalement, en 1767, les Birmans ont attaqué la ville d'Ayutthaya et l'ont conquise.
La famille royale a fui la ville où le roi est mort de famine dix jours plus tard, marquant la fin de la lignée royale d'Ayutthaya.

icone histoire

 La période de Thonburi et de Bangkok (1768 - 1932)

Après plus de 400 ans de puissance, en 1767, le royaume d'Ayutthaya a été conquis par les armées de Birmanie, sa capitale brûlée, et le territoire divisé.

Le Général Taksin, un métis chinois ayant échappé au massacre avec quelques troupes, parvient à réunifier le royaume du Siam à partir de sa nouvelle capitale Thonburi, à l'embouchure du Chao Praya, et se déclare Roi en 1769.

Cependant, le Roi Taksin devient prétendument fou, est dépossédé de son titre, fait prisonnier et exécuté en 1782.

Le général Chakri, héros national qui boutera les birmans hors du royaume nordiste du Lanna, s'emparera de Vientiane et de Luang Prabang, puis assurera sa tutelle sur le Cambodge lui succéde en 1782 et devient le premier roi de la dynastie Chakri, sous le titre de: Rama I.

La même année, il fonde la nouvelle capitale du royaume, Bangkok, sur l'autre rive du fleuve Chao Phraya face à Thonburi, la capitale déchue.

On peut considérer que c'est alors le début de l'histoire de la Thaïlande moderne.

Rama I et ses héritiers deviennent de plus en plus concernés par la menace du colonialisme européen, notamment après les victoires britanniques en 1826 dans la Birmanie voisine.

Rama I (1782/1809), Rama II (1809/1824) et Rama III (1824/1851) élargissent considérablement l'assise territoriale de leur puissance, annexant les provinces occidentales du Cambodge et instaurant une suzeraineté partagée sur sa partie orientale avec le Viêt-Nam.
En outre, le Siam impose sa tutelle, au sud, aux sultanats malais.

Cependant, c'est pendant les règnes du Roi Chulalongkorn (Rama V), et de son père le Roi Mongkut (Rama IV) que la Thaïlande a établi un rapprochement ferme avec des puissances occidentales.

Ces monarques sont les artisans de la modernisation et de l'européanisation des structures administratives et économiques du royaume.
C'est sous le règne de Rama V que sera aboli l'esclavage en Thaïlande.
Les émigrés chinois prennent alors une part active dans l'essor commercial et industriel du Siam.

Sur le plan international, les Chakri savent, au cours du XIX e siècle, jouer habilement de la rivalité franco-britannique, faisant admettre aux Européens la nécessité d'un État tampon indépendant entre les possessions coloniales françaises et britanniques.

Les Thaïs considèrent que les qualités diplomatiques de ces monarques, ajoutées aux réformes modernes du gouvernement siamois, ont fait du Siam le seul pays en Asie du Sud-est à éviter la colonisation.

Néanmoins, l'autocratisme de Rama VI (1910 - 1925), les difficultés économiques sous le règne de Rama VII (1925 - 1935) et les exigences politiques d'une classe militaire et administrative depuis longtemps européanisée, aboutissent au coup d'État de 1932, qui oblige le roi à accepter une Constitution.

icone histoire

 Relations avec les Européens au XIXème siècle

Progressivement, au XIXème siècle, le Siam recule face à deux puissances européennes : le Royaume-Uni et la France.

Ces deux puissances grignotent le Siam, à la fois territorialement sur ses marges, et sa souveraineté.

La France, en 1873 et 1883, intervient deux fois pour mettre fin au piratage des Pavillons noirs dans le Tonkin, théoriquement sous protectorat siamois.
En réaction, le Siam occupe Luang Prabang en 1883, mais ne peut empêcher l'installation d'un vice-consulat français dans cette ville en 1886, ni l'annexion en 1888 de 72 cantons par la France.

En 1893, plusieurs incidents opposent le Siam et la France : celle-ci soit les provoque, soit exagère leur importance, faisant ainsi monter la pression, jusqu'à l'envoi illégal de deux canonnières à l'embouchure du fleuve Chao Phraya, dont les capitaines annoncent leur intention de remonter jusqu'à Bangkok.

Le Siam se met en tort en ouvrant le feu : le casus belli est saisi par le résident français à Bangkok.
Celui-ci exige l'abandon de la rive orientale du Mékong et un blocus est mis en place à l'embouchure du Chao Phraya.
Le Siam cède, et la France ajoute à ses exigences une zone démilitarisée large de 25 km le long de la rive occidentale du Mékong, plus les provinces de Battambang et de Siam Reap.

Le 13 février 1904, la France annexe Luang Prabang et Champassak.

Du côté anglais, des provinces sont réunies à la Birmanie.
Le chemin de fer vers Singapour est concédé en exclusivité à une société britannique.
Le Royaume-Uni obtient de plus l'assurance qu'aucun canal ne sera percé dans l'isthme de Kra.

Au total, le Siam perd 456.000 km² durant le règne de Chulalongkorn.

icone histoire

 Régime militaire, coup d'état et démocratie

La nouvelle monarchie constitutionnelle n'est pas une véritable démocratie.

En 1938, des militaires et nationalistes, sous l'autorité du général Pibul Songgram, prennent le pouvoir.

En 1939, le Siam prend le nom de Thaïlande (Prathet Thaï), attestant l'orientation nationaliste du gouvernement de Pibul.
Il sera l'allié du Japon durant la Seconde Guerre mondiale.
La Thaïlande annexe alors une partie de la Malaisie, de la Birmanie et du Cambodge.

À l'issue de la Seconde guerre mondiale, la Thaïlande parvient cependant à entretenir de bonnes relations avec le vainqueur américain, grâce à un double retournement.

La Thaïlande restitue au Cambodge et au Laos les territoires annexés avec l'approbation du Japon.

Dès 1946 cependant, la mort, inexpliquée, du roi Rama VIII permet à son frère, Rama IX (l'actuel roi de Thaïlande), de monter sur le trône, et favorise le renversement du gouvernement, en novembre 1947.

Cinq mois plus tard, le général Pibul Songgram revient au pouvoir, et mène une politique favorable aux États-Unis dans le contexte de la guerre froide : la Thaïlande participe à la guerre de Corée et fait partie des membres fondateurs de l'Organisation du traité de l'Asie du Sud-Est (OTASE).

À partir des années 1960, malgré cette instabilité politique, la Thaïlande enregistre d'importants progrès en matière économique et participe à la fondation de l'Association des nations de l'Asie du Sud-est (ASEAN) en 1967.

Elle parvient de surcroît à étouffer la guérilla communiste qui apparaît en 1962 dans le nord-est du pays, tout en s'engageant aux côtés du Viêt-Nam du Sud dans la guerre qui l'oppose à son homonyme du Nord.

L'issue des guerres d'Indochine place cependant la Thaïlande dans une situation délicate : entouré d'États souvent hostiles et politiquement instables, le régime de Bangkok contrôle mal les confins du pays, souvent habités par des minorités culturellement proches du pays voisin.

La frontière cambodgienne en particulier se trouve dès la fin des années 1970 bordée de camps de réfugiés (situés en territoire cambodgien) qui servent de base aux organisations luttant contre les Khmers rouges, puis contre les Vietnamiens.

Après le départ de ces derniers du Cambodge, la Thaïlande, qui convoite les provinces de Battambang et de Siem Reap (restituées au Cambodge en 1946), soutient tacitement la guérilla khmère rouge.

À l'intérieur, l'autoritarisme de Pibul Songgram n'empêche cependant pas les révolutions de palais.
les coups d'État se succèdent et on dénombre dix-sept tentatives pendant les cinquante premières années du règne de Rama IX !!

Les civils n'accèdent au pouvoir que par intermittence, comme entre 1973 et 1976, 1988 et 1991, ou encore depuis 1995, alors que les émeutes rythment la vie politique du pays.

Même pendant les périodes démocratiques, les militaires demeurent très présents dans la vie politique, et composent une partie du Parlement.

© 2011-2012 ElophantusVoyages LTD. Tous Droits Réservés. Écrire au webmaster  Plan du site